Affaire Mike: la Cour passe longuement les policiers au grill


03 juillet 2024

Au procès en appel de six policiers lausannois, acquittés en première instance dans l'affaire du décès de Mike Ben Peter, le Tribunal cantonal a repassé en revue mardi les faits et gestes de l'intervention policière. Les juges ont longuement passé les agents au grill.

Dans la salle d'audience cantonale de Renens, devant de nombreux journalistes et personnes présentes dans le public, les policiers ont raconté une nouvelle fois leur version des faits à l'aune des questions de la Cour d'appel. A savoir l'arrestation musclée de Mike Ben Peter, le 28 février 2018 au soir, à proximité de la gare de Lausanne lors d'un contrôle antidrogue, et son décès le lendemain.

La scène de l'arrestation avec des coups dans les parties génitales et dans les côtes, l'usage du spray au poivre, le plaquage ventral, le menottage, les six policiers maintenant Mike Ben Peter au sol, la perte de conscience et le massage cardiaque, a une nouvelle fois été racontée à travers les réponses des six policiers aux trois juges, au deuxième jour du procès.

Interrogatoire offensif

Pas ou peu de faits nouveaux sont apparus lors de cette audience, les six agents n'apportant pas de versions ou témoignages divergents par rapport au procès de première instance. En revanche, l'interrogatoire de la Cour d'appel a été particulièrement pointu, beaucoup plus insistant sur de nombreux points, pour ne pas dire plus offensif, que lors du premier procès en juin 2023.

Les juges ont par exemple longuement questionné les policiers sur la proportionnalité de la force utilisée et de la durée du maintien au sol, ou encore sur l'interprétation des "cris de douleur", "de souffrance", "plutôt très forts", selon des témoins, versus des "cris d'énervement", "d'oppositions", "pas si forts", "des gémissements", selon les policiers.

La Cour a aussi questionné les agents sur le "leadership" lors de l'intervention: qui est-ce qui commandait, qui donnait les directives? Qui aurait pu donner l'ordre de relever la victime ou d'arrêter le plaquage ventral? La réponse a souvent été "chaque intervenant", quand bien même il y avait un chef de patrouille, arrivé d'ailleurs le premier sur les lieux.

Pas possible de relâcher la pression?

Les agents ont tous insisté sur l'attitude "très agitée" et "oppositionnelle" de Mike Ben Peter, même durant sa position ventrale et menottée, visage contre le sol. Plusieurs ont relevé une "force physique déployée impressionnante tout au long de l'interpellation". D'où son maintien dans cette position, jusqu'à ce qu'il perde connaissance.

A aucun moment, ils estiment avoir fait de faux gestes durant l'interpellation. Tous réaffirment n'avoir jamais exercé de pression sur son dos ou sa nuque, ni mis du poids sur sa cage thoracique, étant conscient du risque d'asphyxie positionnelle (DAP).

N'y avait-il pas moyen de relâcher la pression, de retourner l'homme, de changer sa position, de l'asseoir ou de le remettre debout?, ont plusieurs fois insisté les juges. Non, ont répondu les policiers. Et c'est finalement seulement quand ceux-ci ont remarqué que "quelque chose n'allait pas", qu'il "gémissait et bougeait de moins en moins", qu'il "s'essoufflait", que les policiers l'ont mis sur le dos pour pratiquer un massage cardiaque.

"Non, je n'avais pas l'impression qu'il avait des difficultés à respirer", a dit l'un d'eux. "On est des êtres humains, on n'est pas des robots: si on avait aperçu des signes avant-coureurs, un problème de santé, on aurait agi différemment", s'est défendu un autre.

Abus d'autorité?

Pour rappel, en juin 2023, après quatre jours d'un procès déjà retentissant, le Tribunal correctionnel de Lausanne avait jugé que les six agents ayant procédé à cette intervention ne pouvaient pas être condamnés pour homicide par négligence, suivant ainsi le Ministère public qui avait lui-même laissé tomber l'accusation.

Les juges s'étaient notamment référés aux expertises médico-légales, celles-ci révélant qu'il était impossible de dire que Mike Ben Peter était mort à cause de l'intervention policière, et notamment en raison du plaquage ventral pratiqué par les policiers.

Lundi, au premier jour du procès en appel et à la suite d'une des réquisitions de l'avocat de la famille de la victime, le Tribunal cantonal a annoncé qu'il se réservait le droit de retenir une nouvelle aggravation, à savoir l'abus d'autorité (passible de cinq ans de prion), en plus de la question de l'homicide par négligence (trois ans de prison).

Le procès se poursuit mercredi avec les plaidoiries. Le verdict est, lui, attendu pour lundi prochain.